Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/02/2016

homogénéisation

sur le site Cérumen

10/02/2016

un sacré paquet de merde

laissez-moi simplement vous dire que
l'homme numérique est
un sacré paquet de merde
magnifiquement quantifié, bien entendu
analysé dans ses moindres détails
et ce sera un jeu d'enfant
de le reproduire à l'identique
il n'empêche que ça demeure
un sacré paquet de merde

01/02/2016

jour sans

jour sans, jour contre
la précieuse poésie
je ferais bien plutôt
de la maçonnerie
du gros œuvre gras
des petites choses
sans importance
dans le langage
standard et commun
dans la vie prosaïque
la vaisselle par exemple
peut-être l'aspirateur
ou alors des histoires
à dormir debout
ne me parlez plus du monde
qui s'enfonce et s'enfonce
dans la guerre et la bêtise
servez-moi des contes jolis
des histoires gentilles
de l'amour pas vache
ces trucs d'un autre temps
sinon des travaux manuels
ranger, classer, déplacer
nettoyer, préparer, polir
n'importe quoi sans
mon cerveau fatigué

26/01/2016

formaliser dans le formol

formaliser dans le formol
un catafalque à la mémoire des héros tombés
au champs d'honneur du choc simplifié
yes we can, but we won't
nous cherchons autre chose
ailleurs, autrement, l'ouverture
le petit filet de lumière
du monde rêvé à venir
germe cryogénisé des possibles
quand les eaux bourbeuses se seront retirées
et le second soleil baignera la surface
de ses what the fuck rayons traumatiques
quand la véritable mutation aura eu lieu
je serais alors cet étrange animal disparu
fascinant les petits mutants normaux

il s'appelait Mickey Mouse et faisait des galipettes,
lisait Marx et couchait avec Blanche-Neige
et puis et puis il était trop mignon
avec sa bouille en forme de triumvirat
ses culottes courtes rouges
et ses godillots jaunes
trop bizarres

19/01/2016

la forme ?

dans la revue Microbe

17/01/2016

crrrrrrrrraaaaaaaaahhh

 

l'argent, arrrh l'argent, j'en manque terriblement, terriblement …..... oui, je me doute bien que toi aussi, j'avais pas du tout l'intention de t'en taper, c'est pas ça, c'est juste que je m'en sors plus du tout, ça fuit de partout, et pourtant je suis en pleine décroissance, mais partout autour ça continue de croître, ça croît sans arrêt, j'y ai cru, j'ai décru, croissez et multipliez, c'est criminel, l'inversion des valeurs maintenant, mais l'inertie de la dynamique, le courant qui entraine, et je cours pour rattraper le courant, pour me rattraper, mais c'est sans fin la croissance, ça court sans arrêt, ça commence à me courir, ça me court dessus, je freine des quatre fers, mais ça pousse derrière, il faut continuer à croître qu'on me dit, tu peux pas t'arrêter, fallait pas commencer, mais stop, STOP, je vais être obligé de me cryogéniser, croire au cryptique, m'encrypter, ça craint, ça crame, vade retro satanas, crucifixion, je vais crever, crrrrrrrrraaaaaaaaahhh, je décrois maintenant, c'est crucial, je lutte contre la croissance, je veux pas exploser, je crois qu'on peut croître autrement, je crois qu'on peut parfois ne pas croître, pas comme ça du moins, arrêtez de croître, poussez pas, on vous enfume, on nous enfume, on nous prend pour des cons, des gens croissent pendant qu'on décroît, sortir de cette croisade, c'est criminel les croissants, je décrie, je décrois, fini la recrudescence du croissant, ce n'est plus croyable, c'est criminel

 

14/01/2016

parabole disjonctive

alors voilà le topo
tu vas dans cette cave moite
il y coule un dub béat
au départ c'est un jeu
tu balances les dés
dans une casserole
quelconque
relis bien
il y a un magot caché
dans l'environnement
il y a des dunes aussi
derrière le sauna
bref, tu jettes les dés
ne fais pas attention
à l'odeur de frites
8, 10, 4 c'est bon
tout le reste
bof

02/09/2015

hapax

Synchro avec ma soeur, dans les roches et les bois,
nous marchions simplement, et je faisais une cure.
Ma tête me faisait mal, la nature aux abois,
et nous étions parlés, par des forces obscures.

Deux autres randonneurs, face à nous émergents,
marquèrent un temps d'arrêt, sans aucune raison.
Nous échangeâmes des phrases, comme ça, sans importance,
vous savez - bonjour il / fait froid pour la saison.

Sur le bord du chemin, dans la mousse flavescente,
je vis cette fourrure, inerte et indolente.
Mais qu'est-ce c'est mignon ! oh oui c'est tellement chou !

Approchant je perçus, l'écureuil endormi,
face contre terre plein / de petites fourmis,
arpentaient machina / lement sa viande froide.

05/07/2015

Les Grecs se rebiffent

dans la revue lorem_ipsum

01/05/2015

décantation

dans la revue  mgv2_80 | I'm on Fire