Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2007

Ange à tête de lion

0dc2be5b97840cb309f341ba47619fcc.jpg

07:40 Publié dans blogging | Lien permanent

11/09/2007

L'autre Thomas Ruff

56d9c65abfadeb1d66a6be77c00a2a80.jpg

 

J'ai rencontré ce type dans un supermarché, au rayon des féculents. Sa tête me disait vaguement quelque chose et je suis donc allé lui demander si on se connaissait. Malheureusement il ne parlait pas français, mais plutôt l'espagnol, enfin même le mexicain. Nous sommes alors allés voir le directeur de l'établissement qui était justement estampillé traducteur français-mexicain (comme quoi le hasard des fois), pour voir si on se connaissait. Et là j'ai su que je me trouvais en présence de Thomas Ruff, le célèbre photographe allemand. Non en fait c'était pas du tout Thomas Ruff, le célèbre photographe allemand, c'était un autre Thomas Ruff. Bref, c'est rapidemment devenu un gros merdier et il m'est immédiatement venu à l'esprit qu'il fallait que je fasse une interview de ce type, qui en cachait d'autres.

 


- Comment es-tu devenu Thomas Ruff ?

L’histoire est assez simple : par une belle nuit d’hiver étoilée, un jeune et robuste spermatozoïde s’est accroché aux parois abruptes d’une appareillage compliqué mais néanmoins reconnu efficace pour la perpétuation de la race humaine. Au péril de sa vie, le courageux organisme frétillant trouve son chemin dans le couloir sombre qui mène à l’énorme ovule. Jusqu’à présent, personne ne peut dire s’ils se parlèrent à ce moment unique et si le vaillant explorateur prononça la formule magique : « Veni, vedi, vici». Quoiqu’il en fut, la Reine de la nuit ouvra d’un coup la serrure de sa membrane avant d’accueillir le héros à bras ouvert autour d’un gros verre de Johnny Walker. Je leurs rends donc hommage aujourd’hui. Inch’Allah


- Pourquoi es-tu devenu Thomas Ruff ?

Je reconnais là ton légendaire sens du détail qui fait tellement défaut à notre époque. Il s’avère que l’administration de la nation qui m’abrite à l’intérieur de ses frontières exige que chacun de ses éléments porte un nom accompagné d’un prénom. Ceci expliquant cela. A côté de quoi, j’eus la lourde charge de perpétuer cette tradition au péril d’une créativité virulente qui n’appartient qu’aux rappeurs de M6 télévision. Or grâce à ta question pertinente, et je t’en remercie humblement, mon choix se dirige vers la solution de me changer en MC RUFF. Blague à part, j’ai toujours voulu être un peu plus qu’un simple numéro dans les statistiques économiques et c’est la raison pour laquelle j’écris et répond à cette entretien. En dehors de ça, peut-être qu’il existe un traumatisme dans mon esprit m’obligeant a représenter ce que je ressens ou absorbe dans mon environnement direct. Somme toute, il m’arrive d’être heureux et d’en avoir conscience. N’est-ce pas l’essentiel ?


- Tu es l'homonyme d'une floppée de Thomas Ruff - comme je le suis avec les Michel Meyer -, comment abordes-tu ce particularisme ? et que penses-tu de tous ces fils de pute ?

Pour remédier à ce problème, je te propose d’inventer un droit d’usage sur les noms de famille et de les faire raquer un max. Quant à mon homonyme photographe allemand, je me suis déjà demandé s’il me connaissait, et si oui, pourquoi il n’avait pas eu l’idée fantastique de me photographier. Je profite de la circonstance pour m’opposer à son idée que le portrait ne traduit pas l’intériorité du sujet. Il suffit d’étudier la photo journalistique pour s’en apercevoir. Un enfant qui pleure sous le bruit des bombes transmet au cliché son émotion, lequel ne déformera pas ce fait à moins de lui effacer les traits du visage avec un ordinateur ou un pinceau pendant le développement. Cela dit, je le trouve éloquent lorsqu’il creuse le concept global de la photographie dans la formation sociale de l’individu, ou encore dans son approche matérialiste de la photo numérique. La question de la distance avec la série de photos pornographiques recyclées est tout aussi intéressante bien qu’il ne faille pas lui donner des interprétations qu’il n’a pas. N’est-ce pas souvent le cas dans l’art contemporain ? on écrit des centaines de pages sur un artiste alors qu’au fond, lui n’aura fait que réaliser une idée spontanée, sans commentaire préconçu. C’est mon sentiment.

- Quel est ton rapport à la mort ?

Mon rapport à la mort ? Le même que la plupart des gens, je suppose. Enfant, je me souviens d’avoir imiter Steve Mac queen dans son dernier souffle. Le nom du film m’a échappé. Le héros tombe à terre dans un nuage de poussière avant de chuchoter qu’il a oublié de remettre un peu d’argent dans le parcmètre. Donc, il s’agit bien encore une fois d’un rendez-vous unique avec l’éternité. Blague à part, je suis impatient de me sentir glisser dans le néant confortable que promettent les religions, bien que je sois plutôt du côté de ceux qui pensent qu’au bout du tunnel, il n’y a que nos tristes frustrations de créature mortel. Dieu est le pire des inventeurs macabres. Un jour, en rentrant de mes courses, j’ai entendu le bruit du contact d’un homme avec le bitume; il venait juste de se jeter d’une tour d’un immeuble et moi et quelques passant n’étions qu’à quelques mètres. C’est le premier cadavre que je vis. Depuis, j’ai pu voir celui d’un membre de ma famille allongé dans son cercueil et franchement je crois qu’il sera le dernier. Paix à son âme.

- À l'amour ?

Je pense qu’il y a toujours eu un risque inévitable à aimer puisque le prix d’une relation sérieuse se paye par la peur, même infime, de la perdre. Quand cette peur n’existe pas, l’amour en jeu n’est qu’un simulacre de sentiment. Certains s’en contentent alors que pour ma part, j’aurai le plus souvent payé le plein tarif. En contrepartie, je ne regrette pas mon engagement sincère dans ce qui constitue un trésor personnel. Le plus triste pour notre génération aura aussi été la catastrophe du sida puisque la sexualité aura pris le visage de la mort lente. L’autre sera devenu une menace contre laquelle on doit se protéger, et l’acte de se reproduire ou de partager la jouissance, un acte de survie tout autant qu’un meurtre. Désolé de casser l’ambiance ! Bien qu’il soit peut-être surestimé dans sa capacité à nous faire vivre un bonheur stable, l’amour est un chapitre essentiel dans la vie de tout un chacun. Personnellement, à bientôt 38 ans, il m’arrive ainsi de penser que je devrais aller m’enterrer dans un monastère bouddhiste. Mais comment être certain que cela soit la bonne réponse ? Le désir aboutit à la frustration laquelle ne se résout qu’avec la satisfaction. Lorsque celle-ci n’existe plus, la société devient malade. Regarde la masse de pornographie que l’industrie injecte dans la cervelle des jeunes générations. Pour moi, c’est du lessivage. L’essor d’une certaine pornographie va de pair avec le déclin économique de notre société. Il en coûte moins cher de se masturber que d’inviter une femme dans un hôtel au bord de la plage, entouré d’amis. Sans compter que la pornographie crée des fantasmes que seuls les riches pourront réaliser. Mon discours est peut-être réactionnaire mais c’est tellement plus facile d’en faire l’apologie puisque finalement nous sommes tous et toutes conditionnés par la publicité et sa finalité : vendre en contrôlant notre désir. Chéri, tu montes ?

- Que penses-tu vraiment de moi ?

Si ta question est en rapport avec la précédente, sache que je ne suis pas homo. Sinon, je ne vois aucun avantage à s’appeler Michel Meyer ni à tenir un blog, excepté celui d’offrir au monde une vision originale, poétique et sincère. Et c’est bien là, ton intention et ta réussite. Mais si mes souvenirs sont exacts, il me semble t’avoir aidé à déménager. N’est-ce pas là une preuve d’amitié ?

- Si tu avais (eu) la possibilité de dézinguer quelqu'un, qui choisirais-tu (aurais-tu choisi) ?

Moi, sans aucun doute. Avec le meilleur des poisons. J’entends par là, celui qui mène à l’extase et la pure vérité. Un somnifère mortel et sans douleur. A ce sujet, je suis d’ailleurs prêt à retourner une dernière fois aux urnes pour soutenir le premier gouvernement qui le proposera en vente libre dans toutes les bonnes pharmacies. Que cela soit redit et amplifié.


- Le travail c'est une nécessité, une punition, une voie de salut ... c'est quoi pour toi le travail ?

En tant que générateur de culture, il me semble que Karl Marx ne renonçait pas au travail contrairement aux anarchistes. En ce qui me concerne, le débat autour de ce mot me semble opportun tant qu’il s’agit de dénoncer l’exploitation de la pauvreté au service d’une société déshumanisée. Après, il ne s’agit que d’un mot dont le définition varie suivant les individus. Sur le sujet, il existe un livre de Jeremy Rifkin sur la fin du travail. Je ne l’ai pas lu jusqu’au bout mais l’idée que les machines nous délivreront de nos peines me fascinent. Je crois cependant que nous en sommes encore très loin, et surtout, il faudra veiller à partager les richesses. Oui, je suis encore utopiste dans mes heures perdues. Or, selon moi, la limite entre lutte syndicale et démagogie est étroite. La valeur travail ou anti-travail n’est qu’un étendard stérile agité par des gens sans aucune once de créativité. A mes yeux, les clowns habillés en jaune fluo auront plus d’avenir dans l’arène politique que les idéologues bien à l’aise dans leur boulot de journaliste polémique payé par l’Education nationale ou la DRAC. Le syndicalisme n’a plus besoin de nouveaux cinéastes. Il suffit de regarder le cuirassé Potemkine de Sergueï Eisenstein ou les Temps modernes de Charlie Chaplin. Le plus triste est que le système capitaliste se nourrit de sa critique pour mieux se consolider. 1984 de Georges Orwell explique cela très bien, mieux d’ailleurs que les situationnistes. Donc, la seule chose à laquelle je crois, c’est l’épanouissement collectif par l’introspection individuelle. Accompagnés d’un billet de 20 euros, les bons livres de psychologie devraient être distribués gratuitement dans les boîtes aux lettres.


- L'alimentation est-elle vraiment si importante ?

Ta question me fait penser que je n’ai rien avaler depuis ce matin…Des études ont été faites pour estimer la quantité d’argent nécessaire pour nourrir toute le planète. Le résultat démontre que cela aurait pu être fait depuis des lustres et que cela ne représente qu’une très faible somme à l’échelle de la macro-économie. Cette idée est plus que révoltante. Le climat général est à l’individualisme. Chaque Nation est barricadée derrière ses frontières en attendant que son voisin l’attaque et lui vole son pain. Où est l’intelligence là-dedans ? Autant rester au RMI…Plutôt que de participer à des luttes religieuses issus du Moyen-âge. Le seul gagnant, c’est le marchand d’armes. Et encore, une fois rentrer chez lui, comment voulez-vous qu’il puisse aimer sa femme, ses enfants et lui-même, avec un métier pareil. Heureusement, il prend des cachets pour dormir. Les mêmes que Paul W. Tibbets, le pilote du B-29 Enola Gay au-dessus d’Hiroshima.

- Comment perçois-tu le 21e siècle ?

De nature assez pessimiste je dirais qu’il sera une boucherie de plus où seuls les plus favorisés sortiront vainqueurs et le feront savoir. Sans compter la pollution de l’atmosphère et de nos organismes par les rejets carboniques. C’est d’ailleurs ce que j’ai essayé d’exprimer dans mon premier roman,. L’histoire se répète jusqu’au jour où nous laisserons des intelligences supérieures décider à notre place, c’est à dire les robots sortis de notre imagination. Pourrons-nous en décider ? je ne suis pas prophète. Pour l’instant, je me contente de participer à l’évolution et d’acheter des cigarettes au coin de la rue. Eh, oui j’ai repris…


http://thomas.ruff.free.fr/

21:35 Publié dans blogging | Lien permanent | Commentaires (2)

05/09/2007

Dieu existe, voici son oeil gauche

l'oeil de Dieu.doc

Quand ce truc m'est arrivé, j'ai immédiatement ricané. Puis j'ai réfléchi. J'ai alors compris que je faisais partie d'une grande secte merveilleuse, que le plan se réalisait, et que désormais ma vie serait différente.

Bon dieu, Il a eu foutrement raison de se manifester en fin de compte. Maintenant les choses vont vraiment changer. L'humanité touche enfin au but. Nous allons maintenant rencontrer notre créateur. Papa.

Oh my Lord, your left eye is so blue

20:35 Publié dans blogging | Lien permanent

04/09/2007

Julien aime vous pourrir la vie

8fcf6c96febbcd8cf330ff528a70b387.jpg

18:07 Publié dans blogging | Lien permanent

01/09/2007

Le monde se divise en deux catégories

0cccc9c95e16dafcf35637f05c58534e.jpg


3aa3ac42e5c6c93ab7a45619445310a9.jpg

10:00 Publié dans blogging | Lien permanent

25/08/2007

Shabbat shalom

90feb62fb50b2d8148510767bcb59ba4.jpg

08:30 Publié dans blogging | Lien permanent

23/08/2007

Documenta 12

3f419331715f46901d3a8fd558a0a73d.gif

Comme le logo l'indique, nous sommes dans un univers carcéral et nous comptons péniblement chaque exposition. Il y a 12 traits, c'est la douzième Documenta. La Documenta a lieu en gros tous les 5 ans, la première édition remonte à 1955. La Documenta a longtemps été la manifestation d'art contemporain la plus importante d'Europe; j'ose espérer que ce n'est plus le cas, parce que c'est vraiment pas terrible.


a5bf513bfd224408499a49560a3a3c70.jpg


Moi - Michel ben Meyer -, et ma fidèle interprète - Vanessa von Lenzi -, sommes donc allés à Cassel, pour établir un état des lieux de l'art contemporain, vu de l'Europe, à l'aube du XXIe siècle.




152b269d3dbebdda68b2f96058097716.jpg02e2122675e7ea890b9811da0743ab1b.jpgIci, nous sommes dans l'angle.

Mort, ça va de soi.

Il n'y a pas de passage.




Le XXe siècle a été éprouvant et nous sommes un peu fatigués. Nous avons par conséquent opté pour une attitude à la fois consensuelle et positive. Nous ne voulons plus froisser personne, nous sommes d'accord avec tout et tout le monde. Le temps des extrêmismes, de la radicalité et des combats idéologiques est révolu. Tout porte à croire que nous sommes situés dans le creux d'une vague. Nous n'avons aucune idée de la taille de cette vague, mais nous l'imaginons haute et large.


439fa63f51e578999f36fc86a293464e.jpg


En attendant, nous tâchons de digérer ce XXe siècle.


e7a56d0f7f57b88ef185fd9ad60e9e13.jpgbe97679aed7cbfec127efe75d160f5ae.jpg644ed123beb846153933b449d5769533.jpg2a79eb0f0f9a827468174dffa9b347ce.jpg78866a5a068b0349e35cabf60ffc3d06.jpgc266cb8a0086f47c06a7e55d4a5bf5ae.jpg
























Et c'est du boulot, et c'est loin d'être drôle.













fd78b8a205880862ca15e9a4e90ab587.jpg




Grâce à Dieu, le temps passe ... et la vie, quoiqu'on en dise, se fout de l'Histoire. Même mise en musique par Olga Neuwirth.




96e5edb0a13b1791c2c1bf75d0587ac7.jpg




Bien sûr nous avons eu droit à toutes les catastrophes du XXe siècle, de la Shoah au Rwanda, en passant par la Bosnie, les Kurdes, les Arméniens ... pardonnez-moi de n'en citer que quelques uns. Il y a aussi eu le communisme, l'exploitation des femmes et des enfants. Il y a eu le racisme. Il y a eu les abus sexuels. Il y a eu la misère. Il y a eu la violence. Il y a eu l'homme.



fd55ef03275d816e93b2f3a75fde0f26.jpg




Mais malgré tout, cela restait nettement supportable. Parce que nous sommes habitués. C'est atroce à dire mais nous sommes habitués à l'atrocité. À tel point que nous pouvons l'envisager sous l'angle esthétique. Nous sommes nous-même des gens atroces, nous savons l'être, nous pouvons l'être.



ea4a5f6d4de382b9de34069ed29dd8c2.jpg




C'est ainsi que nous embrayons sur cette construction monumentale à base de fenêtres, une sorte de ventilateur géant qui semble s'être écrasé dans le parc de l'Aue Pavillon.



3b979312b6051b9cfb4d342c89ad3db9.jpg



67075d2be3771094b3d3f5520f608256.jpg




Et cette vague en résine et métal qui transperce le Museum Fridericianum.



08643096ac1e2be8aa63cbfc04dcdb5f.jpg



73074f9f2e44bed919214045dbae340b.jpg



6c9d8d61052d739e1a3c0f0fe44411ef.jpg





Ou encore ce réseau de cordes rouges qui pendouille du plafond.




31cc09daf920794f887d1be5b5ea9ce8.jpg



93d1031e504c87ccecb3f8aeacc6012d.jpg





Puis il y a tout le reste.




2a5771bd017dad06561d407c672ef989.jpg
848787b8ed188e03bf6081fc230b3e58.jpg
b02b526d47025a5085d13d6bac58a39a.jpg
6a96ac0d610323e16c5f1d9c84ac44b8.jpg

e8096e664eb10192e1a47fc3e569538f.jpg






Et Don Quichotte.






aed3bbfd870c634c99bbc52bff66fc9f.jpg

10:55 Publié dans blogging | Lien permanent

17/08/2007

Blogging

ef0277336ceba67e2b8a2c94a13deea8.jpg


Aujourd'hui je suis très heureux, et particulièrement grâce à ce blog. Ça fait un moment que j'écris des choses dans mon coin et j'ai beaucoup de mal à me faire éditer. Au moins, grâce à ce blog, je n'étouffe pas sous le poids de mes élucubrations, je peux les projeter dans le vide internautique et peut-être, je dis bien peut-être, quelqu'un y trouvera un intérêt. Avec encore plus de chance, ce quelqu'un y trouvera grand intérêt, et mes petites chiures deviendront alors cet aliment essentiel qui donne un sens à la vie.

J'ai une dette envers tous ces artistes qui ont réussi à substituer, l'espace d'un moment, leur création au bordel glapissant qui nous tient lieu de biotope. Grâce à eux j'ai connu de belles choses. Même lorsqu'elles étaient laides ou terrifiantes, ces créations ont toujours eu le mérite d'orienter la réalité, de lui donner un sens. Et parfois, quand elles étaient vraiment réussies, ces créations entraient en résonnance avec la réalité, elles se superposaient à la réalité, puis elles devenaient la réalité. Jamais très longtemps cependant, la réalité sera toujours cette idée fuyante, ce noeud de contradictions, cette impossibilité à cerner.

Donc le blog, c'est pas mal en soi. Je suis mon propre écrivain, mon propre éditeur, reste juste à espérer que je ne suis pas mon propre lecteur. C'est d'ailleurs à cause de cette éventualité que j'ai toujours été plus ou moins réticent au blogging.

Si vous me lisez, vous n'êtes pas ignorant de l'extraordinaire lavage de cerveau que subit l'humanité, grâce à la mondialisation culturelle (lavage de cerveau, ça sonne assez dramatique, j'aurais pu dire mise à jour, c'est plus soft et ça correspond peut-être davantage à la réalité). Cet énorme nivellement produit déjà ses fruits sans goût, ses idées politiquement correctes, et ce monstrueux égalitarisme. Bien sûr, ce n'est qu'un aspect sinistre de la réalité, le problème c'est juste que je n'en vois pas tellement d'autre pour l'instant.
Moi je milite pour ma différence, je ne veux pas être égal et inclu dans ce grand vide, je ne veux pas participer à cette vaste opération de cloning. J'aime les êtres humains lorsqu'ils sont seuls, ambivalents, complexes, et je les hais lorsque, ensemble, ils disparaissent pour se faire l'écho des idéologies les plus simplistes et les plus monstrueuses.
Avec ce genre de propos, je vais passer pour le dernier des réactionnaires, ce que je ne suis pas du tout. Je pourrais dans un autre paragraphe, faire l'apologie du socialisme - enfin comme on sait plus trop ce que ça signifie mettons le « savoir vivre ensemble » - pour contrer les dérives barbares de l'individualisme, et je le ferais probablement le temps venu.

Quel est le rapport avec le blogging ? Franchement je ne sais pas encore très bien. Laissez-moi deux minutes, il y a forcément un rapport, je vais vous trouver un rapport !

Comme tout un chacun, je n'ai pas su résister à l'injonction psychanalitique qui consiste à étaler son intériorité, et à la confronter à l'altérité, fussent-elles des enfers, l'une comme l'autre, et ceci pour faire partie de la société freudienne. C'est d'ailleurs devenu une sorte de mode, notamment chez les réalisateurs documentaristes qui deviennent leur propre sujet d'investigation, et nous fabriquent des moi-je-movies qui se ressemblent tous plus ou moins, puisqu'ils nous ressemblent, et que nous sommes pareils. Quelle tristesse ! Le blog participe aussi de ce déballage du moi, ce sont aussi des moi-je-stories, des supports d'autofiction, qui ont largement cautionné la célèbre maxime de Warhol: « Un jour, chacun pensera exactement ce qu'il a envie de penser, et alors tout le monde aura probablement les mêmes opinions ». Vous comprenez peut-être mieux pourquoi je peste contre ces mouvements de troupeaux, dont je fais partie, et cette modernité qui ne nous propose que du vide. C'est vraiment rageant de se sentir unique, au milieu d'un troupeau de gens également uniques, mais qui prétendent ne pas vouloir l'être. Et ça porte un autre nom aussi: la dépersonnalisation. Il est vrai qu'il est agréable et rassurant de trouver des points de contact avec l'altérité.

Je me demande parfois où nous mènera cet énorme déballage du moi. J'ose espérer que ce ne sera pas exclusivement catastrophique. Par ailleurs je sais aussi à quel point les gens deviennent inconsistants, lorsqu'ils sont égaux; ils ne peuvent alors plus rien pour nous, ils sont juste dans la même merde. Je ne vois aucun intérêt à vivre parmi mes clones; autant se regarder dans un miroir.

18:10 Publié dans blogging | Lien permanent

11/08/2007

Extra-terrestre

d23a1e6d390d61ea248e610bbef956cd.jpg



J'ai encore surpris des extra-terrestres, hier soir, sur le boulevard. Ils faisaient un raffut de tous les diables, je me demande bien ce qu'ils fabriquaient. Et je ne suis pas le seul, c'est tout le voisinage qui leur gueulait dessus.

- Ého, c'est pas bientôt fini ce merdier ?!
- Y'a des gens qui se lèvent tôt demain !
- Vous allez la mettre en veilleuse, oui !

Enfin c'est ce genre de propos. Pas ce qu'il y a de plus raffiné, c'est sûr. Mais moi aussi je me demande c'qu'ils foutaient. Je ne suis pas du genre à vouloir régenter la planète (si seulement j'arrivais déjà à me régenter moi-même), mais ces extra-terrestres, c'est quand-même des gros fouteurs de zone. Putain merde, mais y'a quand même deux ou trois principes pour vivre en société, on déménage pas la baraque à 4 du mat, bordel !

J'suis sûr qu'ils ont encore embarqué quelqu'un. La dernière fois, c'était un clodo. Disparu, plus jamais vu. Evidemment on a aucune preuve, mais je suis sûr que c'est eux. Ils doivent faire des expériences, étudier la complexion humaine, des trucs comme ça. Quand ils vont découvrir qu'on est juste des paquets de merde en sursis, ils vont peut-être nous lâcher la grappe. Ou alors peut-être bien qu'ils vont découvrir des choses fabuleuses. Des choses qu'on soupçonne pas. Ils nous révèleront à nous-même, genre Dieu ou son cousin.

Peut-être bien ouais. C'est ça l'inconnu, on sait pas c'qu'il nous réserve. Il nous fascine et il nous angoisse en même temps. Mouaaiiis, faut voir ... y'a p'tet des ouvertures.

21:20 Publié dans blogging | Lien permanent

04/08/2007

Flying Superkid from Denmark

187091c763efada180371fb7898606a6.jpg

16:33 Publié dans blogging | Lien permanent