Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/04/2018

ambivalence

C’était un accident, un évènement non prémédité. Les choses se sont trouvées comme ça, la situation était telle, je m’y suis naturellement coulé. J’ai topographié l’environnement, en ai fait de multiples croquis. De tout, il y a avait de tout, tout bien mélangé, des éclats coupants de rire et des pleurs liquéfiants, le ciel en bas, la culture et le cul, puis le doigt barrant la bouche, le sceau du secret. Et le non-dit a trouvé d’autres manières de signifier ce qu’il avait à dire, inversant la charge affective. Tout cela n’était pas très grave, j’ai su comment dire les choses graves sans qu’elles le paraissent, prenant toujours bien soin de laisser planer l’ombre intranquille d’une certaine ambiguïté. C’est ainsi que j’ai pris corps dans l’ambivalence.

Écrire un commentaire