Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2015

tête et cul

À force de se désaxer pour comprendre l'altérité, il n'est pas impossible d'éprouver quelques difficultés à différencier sa tête et son cul. Ce n'est pas forcément très grave, parce qu'aujourd'hui on pense très bien avec son cul, souvent bien mieux qu'avec sa tête. Et un cul est bien moins fragile qu'une tête, aucun risque de céphalée, de surchauffe ou de confusion; un cul ça chie mou ou dur et c'est à peu près tout. En outre on peut aussi s'asseoir sur son cul, c'est très pratique. Bien entendu, on peut aussi s'asseoir sur sa tête; en réalité, passé un certain stade, on peut à peu près s'asseoir sur n'importe quoi, tout fait à peu près cul. Pour ce qui est de penser avec son cul, il est bien évident qu'il ne faut pas être trop difficile. Évidemment, un cul ça pense moins bien qu'une tête, mais, je le répète, il peut s'avérer très pratique de contourner certaines nuances lorsqu'on pense. Exemple: vous êtes avec une bande de culs et vous devez échanger des informations, si vous vous servez de votre tête, il est possible qu'il y ait confusion, alors que de cul à cul, généralement ça passe très bien. Mais attention, avec un cul on ne peut pas tout penser, c'est quand même un peu limité. La dernière fois, j'ai essayé de lire Flaubert avec mon cul, je suis pas sûr d'avoir tout compris. Donc, quand même, réserver la tête pour les choses difficiles. Rassurez-vous, aujourd'hui, les écrivains de la trempe de Flaubert n'existent plus, et on s'en sort généralement très bien avec son cul. Du coup, on ne sait plus très bien à quoi sert la tête, mais comme vous le savez (attention, là il faut utiliser sa tête) nous sommes dans un lent processus d'adaptation à l'environnement (cf Darwin) et si l'usage de la tête devait perdre de son importance, elle s'atrophierait tout naturellement et nous ne nous en porterions pas moins bien, sauf évidemment pour lire Flaubert. Cela dit on peut très bien vivre sans Flaubert, il n'y a pas que Flaubert dans la vie, il y a aussi la télévision, et elle, on peut très bien la comprendre avec son cul.

Les commentaires sont fermés.