Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2013

sacrée soirée

J'étais à une soirée hier et une chose très pénible s'est produite, les mots se sont mis à déserter mon esprit. Je me suis trouvé dans l'incapacité de formuler la moindre phrase, c'était affreusement gênant. J'ai essayé, à plusieurs reprises et avec plusieurs interlocuteurs, de développer une conversation, mais me suis retrouvé à chaque fois devant une sorte de vortex sémantique qui absorbait insidieusement mes propos. D'abord quelques mots, puis des pans entiers de phrases, bientôt c'était toute ma conversation qui se dissolvait dans ce néant. Les convives continuaient à essayer d'échanger avec moi, je balbutiais des propos décousus, avec forces grimaces pour essayer de compenser. Après quelques tentatives infructueuses, j'ai compris que je n'arriverai pas à échanger avec les invités et je me suis tu. Les gens m'ont oublié et je suis devenu une sorte de complément de mobilier. La soirée est arrivée à son terme, tout le monde est parti et je suis resté seul, avec les bouteilles vides et les cendriers pleins. Et là, j'ai soudain été submergé par une cataracte sémantique. Ça sortait de partout, de la bouche, des yeux, des oreilles, du cul, des flots et des flots de mots qui s'organisaient en phrases, certaines pas mal du tout. Il y a avait des histoires, des discours, des blagues. Et ça ricochait contre les murs, ça illuminait l'espace par zones successives, ça gagnait en volume, ça devenait délirant. Puis les propos se sont densifiés jusqu'à se matérialiser et il a fallu que je me déplace pour ne pas me faire écraser par cette montagne de parlotte. À un moment donné, je me suis retrouvé coincé entre un mur et une allocution étonnante sur les moeurs du scolopendre. C'était une étude passionnante, j'étais très en forme et de fait de plus en plus compressé contre le mur. J'aurai sans doute dû à un moment donné me retirer, mais j'étais littéralement sous le charme de ma propre rhétorique, et lorsque qu'une phrase un peu plus audacieuse a commencé à défoncer mon thorax, j'ai estimé que c'était, après tout, une fin envisageable, honorable, et je suis mort content de moi, en pleine forme.

Les commentaires sont fermés.