Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2011

Donoma - état des lieux

1319898627_570.jpg

 

Ah il a choppé quelque chose de rare et subtil ce Djinn Carrénard dans son Donoma. Il a attrapé ce truc qui fait que tous les autres films ont soudain l'air d'être des objets parfaitement spécieux et scandaleusement coûteux. Ce film révèle ce que tous les autres ont de compassé et de finalement juste très chiant. Pas de chichiteries, pas d'histoire à dormir debout, pas de déploiement de pognon ni de strass, exit les poses affectées cinélogiques, mais de l'intelligence, de la poésie, de la nécessité et de la grâce. C'est tout le charme de ces productions désargentées, qui carburent à l'énergie et à la foi, et qui ne doivent leur succès qu'à la pertinence de leur propos.

"Un film autour de l'amour" qu'il dit le Carrénard. "Je m'intéresse aux deux moments clés de l'histoire d'un couple: sa naissance et sa fin". "Entre les deux, ce n'est la plupart du temps qu'un malentendu" qu'il dit encore le Djinn (il ne le dit pas comme ça, mais l'esprit y est). Et effectivement on voit toutes sortes d'individualités, toutes sortes d'histoires, essayer de se sublimer à travers l'amour. On voit comment l'amour se prend des retours de réel dans la gueule et tente sa chance ailleurs et autrement. Il y a cette histoire scabreuse entre une prof d'espagnol délurée et son élève récalcitrant, d'origine espagnol lui aussi, qui vont se rentrer dans le lard à travers cette langue, chargée pour chacun d'eux, d'une valeur affective diamétralement opposée. Il y a cette "sainte" qui s'occupe de sa sœur leucémique qui entrave son individualité, cette "sainte" qui voit surgir des stigmates christiques sur son corps lorsqu'elle s'intéresse à un skinhead repenti cherchant Dieu, cette "sainte" qui explique à sa psy qu'elle lévite, et que cette dernière tentera de faire interner. Il y a cette surprenante et magnifique histoire d'amour silencieuse entre cette fille qui tente d'échapper à un pseudo-déterminisme qui voudrait qu'"on s'associe toujours amoureusement à des gens qui nous feront du mal" et qui choisi donc son amoureux au hasard et impose une loi du silence à leur relation, jusqu'à ce que la situation devienne ingérable.

Qui sont et d'où viennent ces personnages ? Ils sont très différents les uns des autres, différents dans leur couleur de peau, dans leurs origines, dans leur classe sociale, dans leurs motivations, mais tous ont des individualités très fortes, excepté peut-être le personnage que joue l'auteur lui-même, et qui semble faire fonction de contrepoint. Ces personnages apparaissent comme des individus émergents d'un collapse idéologique où se retrouvent les problématiques du racisme, de la lutte des classes, de la signification du mot dieu. Mais tout ça c'est du blabla, c'est de la cosmétique, en réalité ils doivent juste se débrouiller dans un environnement instable et incertain. Le rapport à l'amour est particulièrement intéressant dans ce film, pas de sublime adéquation entre deux êtres, mais une perpétuelle négociation du geste amoureux. Une sorte de gestion économique de l'amour.

Les personnages passent d'un récit à un autre, les récits se mélangent, la chronologie s'inverse. Les espaces sont atomisés et les personnages sont la plupart du temps enfermés dans des plans serrés; on ne trouve quasiment jamais de plan d'ensemble permettant de situer les personnages et les choses les unes par rapport aux autres. Pas de plan d'ensemble donc, mais une caméra qui colle aux personnages et les suit dans leurs errements, une caméra portée avec une courte profondeur de champs, mouvements fébriles, incessantes mises au point. Une musique aux allures new-âge et aux vertus relaxantes (j'ai pas dit laxatives), vient régulièrement détendre le propos, sans lui conférer cependant de couleur particulière.

Il y a quelque chose de Cassevetes dans ce film, peut-être avec plus de douceur, alors même que Djinn Carrénard n'y fait guère référence. Mais il y a cette même volonté de sortir des mécaniques de fonctionnement artificiel, de tomber les masques, d'exposer l'humanité dans sa crudité, dans sa fragilité, dans son évanescence.

Donoma, c'est un film qui, lorsqu'on le regardera dans 50 ou même 100 ans, nous renseignera sur la fébrilité de la jeunesse française, dans les années 2010-2011.




Les commentaires sont fermés.