Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2008

silence bordel !

orchestre.jpg

podcast

13:51 Publié dans blogging | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : prokoviev

25/09/2008

Entre les murs

Un bien beau film, un rien chiant, donc pas si mal en fait. En France il semble y avoir un véritable engouement pour les films autour de l'école, l'épicentre de la crise sociétale, à laquelle nous ne comprenons plus grand chose.

Il s'agit donc d'un film politique, cependant réalisé par un cinéaste non engagé. Situé entre le réel et la fiction, avec des acteurs et des non-acteurs, disons des actants pour utiliser un mot qui en jette un peu, le film expose les difficultés d'un enseignant (idéaliste?) à faire son travail dans le contexte tendu d'une sorte de classe de ZEP. En l'occurence, cette approche mixte fiction/documentaire est importante, parce que ce mélange des genres crée une ambiance, une qualité très particulière, sorte de néo-réalisme à la française. Le film a été tourné en vidéo numérique avec 3 caméras tournant en continu, dans la longueur, et ceci pour pouvoir capturer des instants très fugaces, et laisser "le réalisme" imprimer sa marque dans le film.

Et donc nous suivons le protagoniste, jeune professeur principal de français, profil de gauche, sentimental, aux prises avec une classe d'élèves d'origines diverses: afrique, asie, maghreb, europe - à l'image du XXe arrondissement de Paris. Ce professeur se trouve également être l'auteur du livre éponyme, ainsi que le coscénariste du film, ajoutant davantage de confusion entre le réel et la mise en scène. Cela se passe dans un collège du XXe arrondissement de Paris, où ce professeur s'évertue à instaurer un climat sympa, open mais pas trop, avec ces élèves de 4e qui en profitent un peu mais pas trop. Et là nous avons Souleymane, un élève d'origine malienne, que ce professeur arrivera, à contrario, à faire exclure du collège, avec la perspective d'un retour forcé au Mali (spécial dédicace à Sarko).

Le scénario est bien échafaudé, les personnages sont attachants, mais le propos reste assez caricatural, voire simpliste. Le film se demande (et nous demande) si l'école - que l'on désigne idéalement comme le lieu de "la chance pour tous" -, est dans son rôle lorsqu'elle est à l'origine du renvoi d'un élève, apparement mal adapté.

Malgré son inadaptation, Souleymane est un individu intéressant, selon la grille d'appréciation du jeune professeur, et de la mienne aussi. C'est lui qui, à l'occasion d'un exercice d'autoportrait, en arrivera à dire au professeur, qu'il n'a pas l'habitude de se dévoiler en public, ce qui paraît parfaitement légitime et remet en question l'exercice. La transparence n'est-t-elle pas liberticide ? De plus, il a un magnifique tatouage sur l'épaule, inspiré du Coran, et qui dit en substance: "si tu n'as rien de plus intéressant à ajouter au silence, autant fermer ta gueule", une formule péremptoire qui renvoie le verbiage du cours dans une sorte de néant philosophique des plus intéressants.

Le film s'adresse aux professeurs, à travers cette histoire particulière de prof qui "travaille à la paix sociale", en plus ou au delà de ses attributions d'enseignant, et qui, semble-t-il, se retrouve piégé dans l'engrenage fallacieux de l'exclusion d'un élève, alors qu'il favorise dans sa façon de faire, une ouverture et une souplesse entre la position de l'enseignant et la position de l'élève.

Pour conclure, je dirais qu'il s'agit d'un bon film, qui pose des questions, et se garde bien entendu d'apporter la moindre réponse. Si tu n'as rien de plus intéressant à ajouter au silence, autant fermer ta gueule.

13/09/2008

Darwin, la selection naturelle et le bonheur

Selon l'éminent scientifique, le "struggle for life" est compatible avec le bonheur, et non seulement il est compatible mais en plus il est nécessaire. Dans l'autobiographie du bonhomme, je découvre avec stupéfaction et ravissement que l'espèce humaine n'aurait jamais pu perdurer sans sa naturelle prédisposition pour le bonheur. Darwin n'était pas croyant, il était très éloigné de tous les mythes religieux, mais persuadé à la fin de sa vie, que l'homme, contrairement à ce qu'indique le christiannisme, le bouddhisme, et un certain nombre de sinistres philosophies de la condition humaine, était ontologiquement rivé au bonheur et au bien-être. J'aime autant vous dire à quel point j'ai été soulagé de lire ce passage. Darwin, I love you.

11/09/2008

La possibilité etc ...

Que faut-il penser du premier long-métrage de Michel Houellebecq ?

Pour se détendre tout de suite, disons que ce n'est pas un chef d'oeuvre, nous n'avons pas affaire à un cinéma qui révolutionne le genre, comme ça a pu être le cas pour ses romans et sa poésie. Ce n'est pas un grand film, alors qu'il contient tout de même quelques beaux passages, quelques idées, je suis assez tenté de dire que c'est une mièvre adaptation de son propre roman.

Un film d'écrivain, c'est à dire littéraire, assez chiant en fait.

Il y a par contre une très belle composition musicale de machinchouette. Lyrique, émotive, elle sert à merveille le propos neurasthénique houellebecquien. C'est très délicat de plonger un film dans une musique aussi émouvante, l'ensemble du propos prend définitivement la teinte dramatique de la musique, qui est un vecteur nettement plus prépondérant que tous les autres vecteurs du cinéma. Mais comme c'est une belle musique, et bien c'est une réussite. Je pense même que ce film très statique y gagne beaucoup.

Il y a certes de belles images, m'enfin c'est la moindre des choses pour un film. Cela reste un discours filmique assez pauvre, mettant en avant un texte, des théories, une poésie nettement plus convaincantes dans le roman.

Tout cela est à vrai dire rassurant. J'aurai été profondément choqué de constater que ce génial poète et romancier soit aussi un réalisateur hors pair. Michel Houellebecq est un être humain.

20:30 Publié dans blogging | Lien permanent | Commentaires (2)

I had a dream

Untitled-2.jpg
 
 
Je dormais en plein jour, dans un hôtel sur la côte basque. Des choses se sont mises à remuer sous mon cuir chevelu. Puis des champignons sont sortis du haut de mon crâne; ils se développaient très rapidement.  Large chapeau pelucheux, couleur crème virant à l'ocre, aspect général assez repoussant: il s'agissait de coulemelles - en réalité absolument délicieuses.  Je les cueillai en piaffant comme un truc enthousiaste. Bien entendu, tout cela se faisait sans aucune douleur.
 
Un duo flamenco interprétait une adaptation pour guitare et voix de Carmen dans une église.
 
espagnol.jpg

 

 

Puis, il n'y eu plus que de la caillasse, des strates minérales.

 
 
 
géo1.jpg
geo3.jpg
geo2.jpg
 
 

Sous le ciel.

 

cielpierre.jpg

 

 

Et la montagne.

 

 

visagepierre.jpg

 

 

 

 

 

 

vanessa.jpg

Ma femme, elle, avait bizarrement perdu son visage; sa tête était intégralement recouverte de long cheveux marrons.

Untitled-3.jpg

 

Et elle pondait des oeufs aussi.

C'était super, nous avions la possibilité de faire des omelettes aux champignons, sans avoir recours à quiconque ni à quoi que ce soit. Du producteur au consommateur, nous vivions en parfaite autarcie.

 

 

Puis ce fut Lourdes, j'y avais un petit commerce.

lourdes2.jpg

 

 

lourde1.jpg
 
 
 
 
 
 

 

Notre fille de trois ans : Xantia - qui a récemment rejoint la ligue des X-women juniors -, avait réalisé la synthèse des travaux de Soubirou, Girard, Crick, Watson et surtout Dick.

Untitled-1.jpg

 

La Théorie Mimétique avait littéralement réformé le Freudisme. L'humanité abordait à nouveau un palier décisif de son évolution.

 

porte-ouverte.jpg

 

 


Mon fils Arjuna 7Kyu Bart.jpg

 

- cet autre énormissime génie tout terrain, avait quant à lui simplement découvert un nouveau plan gravitationnel, situé sous le niveau de la mer, résolvant ainsi l'un des problèmes les plus délicat du XXIe siècle: la surpopulation sur Terre. Découverte hasardeuse ? Le hasard n'est-il pas simplement le nom que nous donnons aux conjonctions d'évènements auxquelles nous ne comprenons rien ?

 

 

bart90°.jpg
 
 
conversation.jpg ici, en conversation avec Helmut Glützenbaum, PhD en sciences océaniques.
 
 
 

 

DSC_00899.jpg

 

 

 

 

Nous avions atteint le bonheur.
 
etoilemer.jpg
 
bonheur.jpg
 
 
 
 
 
Juste ce type bizarre qui rôdait alentours, avec ses deux paires de pompes dans les mains. mathieu.jpgIl me réclamait quelque chose, mais je ne comprenais pas vraiment.
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

gaube.jpg

11:13 Publié dans blogging | Lien permanent | Commentaires (2)