Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2008

Parler n'est pas vraiment nécessaire

Parler n'est pas vraiment nécessaire, le monde et nous-même nous porterions nettement mieux, si nous pouvions éviter de parler. Le truc c'est que «ça» veut parler, et que «ça» parle au travers de nous. Et donc nous disons n'importe quoi. Parce qu'en réalité nous n'avons rien à dire, nous sommes simplement parlés en quelque sorte, par des «forces» qui se servent de nous, pour raconter des histoires. Le problème, c'est que nous n'avons aucune idée de la finalité de ces histoires.

Combien de fois m'est-il arrivé de me retrouver en désaccord avec ce que je venais à peine de proférer. Pas plus tard que samedi, je me suis entendu dire, à la réunion du bureau politique, exactement l'inverse de ce que je pensais en réalité. Résultat: «je» me suis foutu dans la merde. Cette saloperie de truc qui a parlé par ma bouche ! mais qu'est-ce qu'il avait besoin d'ouvrir sa gueule?

Je me tenais là, vaguement assis autour d'un bureau, avec quelques homologues, plus ou moins exaltés. Nous étions en train de mettre au point une stratégie de sabotage: il était question de dérégler une ligne de production d'actualités télévisées, pour créer un rapport de force avec les décideurs, et ainsi exiger une augmentation pécuniaire substantielle, puisque nous étions des maillons directs, de cette ligne de production. J'avais compris en mon for intérieur que c'était une erreur, et soudain j'ai ouvert ma gueule pour dire que j'agréais cette opération, qu'elle me paraissait normale - et pour ainsi dire légitime -, alors que je savais pertinemment que c'était une catastrophe.

Maintenant j'ai décidé de ne plus parler, et ce jusqu'à ce qu'on m'explique clairement ce que parler signifie.

Pas me prendre pour un con non plus.

19:31 Publié dans blogging | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Bien parler, d'ailleurs j'en reste bouche bée. Ma parole d'honneur. Maintenant je regarde la télé d'un autre oeil. C'est vrai, je ne compte plus le nombre de fois où je prononçai d'incommensurables conneries.
Ta langue sept fois dans ta bouche, Georges !

Écrit par : thomas | 03/03/2008

Arf! oui, en réunion syndicale, c'est fatal! Tout pareil que toi, je m'échauffe avec les camarades, et hop! dans la surenchère! Allons plus loin! De l'audace! Encore de l'audace! (et ensuite: merde, mais qu'est-ce qui s'est passé à cette réunion?). Du coup je ne suis plus syndiqué.

Écrit par : Marco | 04/03/2008

@ Marco: Mon dieu, mon dieu, les syndicats ... au secours !

Écrit par : Moi-même | 04/03/2008

@ Thomas : Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas dans la verbalisation, je suis en train d'étudier la possibilité de créer des humains sans bouche.

Écrit par : Moi-même | 04/03/2008

Les commentaires sont fermés.