Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/08/2007

Je t'aime bien Éric

- Et alors, tu vois, il se tenait là devant moi , comme une espèce de ... de j'sais pas quoi ... enfin un truc complètement inerte, et puis je lui ai dit: « bon tu sais je t'aime bien Eric, mais ça n'est pas possible ... tu n'es pas du tout mon genre » enfin le mec, hallucinant, j'te dis ... je le connaissais même pas ! hallucinant, j'me souviens, j'lui ai dit : « bon Eric, je vais te dire un truc ... enfin t'as quel âge 50, 55 ? bon 45, c'est pareil, c'est pas le problème ... mais enfin regarde toi, excuse-moi, je vais être dure là, mais faut absolument que t'arrêtes la fumette ou j'sais pas ce que tu gobes mais ... enfin, t'es comme une sorte d'adolescent attardé, tu vois ? Moi, tu vois j'suis jeune, enfin par rapport à toi ... ça me fait bizarre de te donner des conseils, je me sens un peu con ... mais je t'assure que tu ressembles à rien ». J'ai du lui dire un truc comme ça, et il est resté devant moi sans réagir ... j'sais même pas s'il comprenait ce que je disais, et il avait toujours ce sourire de benêt ... et quand je suis partie, il a commencé à me suivre et ... enfin, je lui ai dit d'arrêter et de s'en aller ailleurs ... y disait rien, il avait l'air complètement largué ... mais il continuait à me suivre ... j'ai été obligée de prendre un taxi pour m'en défaire ... enfin, tu vois quoi, le gars vraiment lourd, vraiment collant .... non mais attends, attends la meilleure ... deux jours après, tu sais pas quoi ? Je sors de chez moi, il était devant mon immeuble, il m'attendait exactement dans le même état ... totalement largué ... alors là, j'ai pété un plomb et j'ai commencé à l'engueuler ... au départ un petit peu, puis plus ... après c'était carrément hystérique ... j'crois même que j'l'ai poussé ... le pire c'est qu'il disait toujours rien, mais rien de rien ... il me regardait juste avec son air de demeuré ... et ça m'énervait, je me souviens, j'lui ai dis: « mais arrête de me regarder comme un débile et dis quelque chose bordel ! DIS QUELQUE CHOSE ! » ... et lui ... lui ... il faisait que me regarder et sourire ... et ... et ... et alors ... attends, excuse-moi, ça va passer ... c'est juste qu'il m'énerve tellement ... t'as pas un mouchoir, non ? Attends, excuse-moi, il faut que je me reprenne ... je vais me reprendre ... oh, mon dieu, c'est l'horreur ... faut que j'te dise ... ce con ... oh, mon dieu ... mais pou ... excuse-moi ... j'comprends plus ... attends ... oh, j'comprends plus rien ... merde ... non, attends ... attends, je vais me calmer ... je ... attends ... attends ... ça va ... ça va ... oui, ça va mieux ... reste s'il te plaît ... reste ... je t'en prie ... reste ... s'il te plait ... ça va mieux ... oui, ça va mieux ... oui, j'me calme, t'inquiètes pas ... non, c'est normal ... ouioui ... oh, non ... merci ... ok ... ok ... d'accord, ok ... attends ... juste deux secondes ... attends ................ deux secondes .................................... ah,oui ....................................................................................................................................... oui ..................................oh, ça fait du bien ........................................................................................ ouf ...................................... excuse-moi, merci ... oh, dis-donc, faut que je fasse gaffe ... oui, je sais ... non ... mais tu vas voir, c'est hallucinant ... donc, Eric ... Eric ... ah, non c'est pas vrai ... ah, non ... attends ... s'il te plait, attends ............................. t'inquiétes pas, ça va passer, s'il te plait Isa, s'il te plait ....................................................................................voilà, en fait je comprends pas ... Eric ... avec son sourire débile ... son sourire ... ah, non ... merde ... Eric ... j'savais plus quoi faire ... je l'ai laissé, je suis partie ... mais il me suivait toujours ... juste derrière moi .... toujours sans rien dire ... je me suis dit bon, s'il est encore là dans un quart d'heure je vais voir un flic, enfin c'est pas possible ça, y'a quand même des limites .... et alors j'ai marché ... enfin on a marché, mais séparément ... l'un derrière l'autre, genre à un mètre ... je sais pas combien de temps, une heure ou deux ....................................... et puis après bizarrement je me suis calmée, et puis je l'ai presque oublié ........................ enfin, il ne me gênait plus ..... malgré son sourire niais ........ malgré son silence ....... malgré sa touche de débile ........... enfin malgré tout .................................. et donc hier, on s'est mariés ....................... tu reprends quelque chose ?

11:15 Publié dans nouvelles & assimilés | Lien permanent